AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Rapport des autorités de Jhelom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hammjar
Édile Enquiquineuse
Administratrice
avatar
Campe depuis le : 05/07/2015
Messages tapotés : 446
Localisation : Bourg du Cerf
Représentant : Elva

MessageSujet: Rapport des autorités de Jhelom   Sam 7 Nov - 15:33

[HRP : Ce texte a été rédigé par Azog. Conservé soigneusement car il en a fait rire plus d'un parmi nous, je pense.]


Au matin de cette année 359, le soleil paraissait pâle au regard du brasier qui flambait aux environs de la Nécropole interdite. Des armées gigantesques campaient là, agglutinaient autour d’innombrables feux de camp et activant avec furie la fournaise de forges improvisées. La horde de Gorzaghs et ses puissants alliés affûtaient leurs lames. Ils allaient peut-être donner écho à la grande guerre qui s’était déroulée là jadis.

La guerre. C’est l’émergence de fraternités factices et de haines irraisonnées. C’est un face-à-face avec des fantômes inconnus et fuyants. La peur avant la bataille, parfois la mort sous la lance d’un ami, parfois la compassion dans le regard de l’ennemi. La guerre, c’est le chaos.

Voilà qu’un seul homme s’était mis en tête de défier le Chaos. Au départ, un conflit entre un marchand immensément riche et peu partageur et un Gorzagh intrépide et opportuniste qui s’était mué en bataille rangée généralisée. Les rumeurs affirment que les De Matha ont la rancune tenace et que tout s’envenima lorsqu’Azog le Profanateur s’en pris personnellement à sa famille. Un rapport des autorités de Jhelom témoigne d’ailleurs en ce sens.

Année du décès : 335.

Observations relatives aux conditions de la mort : Selon les observations préliminaires sur la scène du crime, et l’autopsie effectuée au sein du laboratoire nécromantique du Temple des ombres, nous avons pu déterminer les circonstances de la mort du sujet. A 3h45 en ce jeudi matin, Sainte Adèle De Matha, membre de la Corporation, a été agressée au coin d’une rue de l’Oasis de Jhelom par M. Azog le Profanateur, Gorzagh des jungles du sud.

M. Azog a ensuite trainé Mme. Matha à son domicile, au Camp de Gorzagh’Xhar. Là, il s’est armé d’un sac de pommes et l’a pour ainsi dire farci, à l’aide d’un balai dont il avait auparavant biseauté le manche, ce qui nous permet de retenir contre lui la charge de crime avec préméditation. M. Azog a ensuite mis le corps de Mme. Matha à rôtir en se servant du balai comme d’une broche. Interrogé sur ses motifs, il a déclaré aux enquêteurs qu’il s’agissait d’un « Plat traditionnel Gorzagh ».


Les deux protagonistes avaient des choses à régler c’est certain. Mais qui pouvait assurer que la vengeance personnelle était le seul objectif de cet être tortueux ? Ses objectifs de conquête laissaient planer grandement le doute… Et puis, est-ce que les forces du bien allaient réellement mettre leur fierté de côté et se faire chaperonner pour reprendre un avantage illusoire ? Après tout, on ne mesure son propre courage que face à la vaillance de l’adversité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leconsortiumdairain.forumactif.org
Hammjar
Édile Enquiquineuse
Administratrice
avatar
Campe depuis le : 05/07/2015
Messages tapotés : 446
Localisation : Bourg du Cerf
Représentant : Elva

MessageSujet: Re: Rapport des autorités de Jhelom   Sam 7 Nov - 15:33

Le calme régnait au Bourg-du-Cerf en ce début d'année 359. Il était parvenu jusqu'ici qu'une guerre se préparait, et s'annonçait d'ores et déjà sanglante. Les marchands se frottaient les mains : les guerres étaient toujours très bonnes pour les affaires. Des commandes de chevaux, de fourrures, d'armes diverses et variées, de victuailles et de potions pour les blessés...

Tranquillement installée dans l'auditorium, Elva avait le nez plongé dans la paperasse et épluchait les comptes et les rapports divers. C'était une vaste pièce dans laquelle s'élevaient des gradins en arc de cercle. Les murs de pierre étaient recouverts de lierre, parfois parsemé de quelques fleurs. Proche de l'entrée, une petite estrade invitait à prendre la parole. En hauteur, de larges fenêtres en forme d'arche faisaient le tour de la pièce et offraient une lumière douce et diffuse. C'est ici qu'avaient lieu les rassemblements des marchands d'Airain.

Assise dans les gradins, Elva s'attarda sur un parchemin qui lui était inconnu. Il semblait qu'il s'agissait d'une copie de rapport d'autorités, marqué au sceau de Jhelom. Encore un papier qui avait dû se glisser parmi les siens lors d'une réunion passée. Elle lut attentivement la chose, et éclata de rire : jamais elle n'avait entendu son mari se faire appeler "Monsieur" et cela sonnait étrangement à son oreille. Elle passa les détails de la recette et son regard se posa sur la date du document : l'an 335.

Une très bonne année, où les Gorzaghs avaient beaucoup festoyer et où l'ambiance était des plus festive au Camp de Gorzagh'Xar. Elle se souvenait particulièrement d'une soirée où elle était rentrée juste au moment du festin. Elle s'était servie copieusement et avait lu de l'étonnement dans quelques regards. Oui, elle n'avait pas pour habitude de manger autant. Le Profanateur Azog avait froncé les sourcils et regardé d'un œil noir ceux qui avaient osé montrer de l'étonnement. Oui, ce n'était pas très délicat de critiquer l'appétit d'une femme.

Sans qu'elle ne sache bien pourquoi, cette scène lui revenait en tête et elle se la passa plusieurs fois. Puis soudain, Elva comprit sa terrible mauvaise interprétation des regards. Elle émit un horrible hoquet. Elle s'était toujours refusé à manger de l'humain. C'était immoral et contraire à ses principes.

Elle s'accorda un temps de réflexion pendant lequel elle repensait à cette viande tendre et juteuse, cette délicieuse odeur de pommes rôties... Déjà elle se mettait à saliver et ses papilles à réclamer.
Après tout, qu'est-ce que c'était que la morale ? Une série de règles que l'on s'imposait pour dicter son existence. Était-ce profondément immoral que de manger de l'humain ? Avait-elle éprouvé des remords à le faire ? A sa plus grande surprise, pas la moindre once... Elle en avait même tiré un profond plaisir.

Les joues rosissantes telle une enfant prise en train de faire une bêtise, elle se promit de goûter à tous les autres plats traditionnels Gorzagh lorsqu'elle serait de retour au Camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leconsortiumdairain.forumactif.org
 
Rapport des autorités de Jhelom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» rapport de bataille apocalypse
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Consortium d'Airain :: Atrium :: Au coeur du Bourg-